Vaccination Covid-19: les cinq étapes préconisées par la HAS

MONDE post authorPresse France 1 décembre 2020

Vaccination Covid-19: les cinq étapes préconisées par la HAS

Vaccination Covid-19: les cinq étapes préconisées par la HAS

 

La Haute Autorité de Santé recommande de vacciner par ordre de priorité, selon le risque de développer des formes graves du coronavirus.

CORONAVIRUS – La Haute Autorité de Santé souhaite donner la priorité aux personnes susceptibles de développer des formes graves de Covid-19, dans ses recommandations sur le calendrier de la future campagne de vaccination en France. Pour mettre en place une telle stratégie vaccinale, dévoilée ce lundi 30 novembre, l’organisme préconise “cinq phases progressives”.

“Il ne sera pas possible de se faire vacciner dès l’arrivée des premières doses”, prévient Élisabeth Bouvet, présidente de la commission technique des vaccinations au sein de la Haute Autorité de Santé (HAS). Les doses commandées par l’Union européenne et la France des vaccins développés par Pfizer et Moderna et AstraZeneca arriveront petit à petit. Il faudra donc privilégier le public le plus à risque, dans un premier temps.

1. Résidents en Ehpad

La première étape du plan de vaccination dévoilé par la HAS recommande de délivrer le vaccin aux personnes âgées, dans les Ehpad et au sein des unités hospitalières de soin de longue durée. “Un tiers des décès en France sont survenus dans des Ehpad. Cette priorisation nous semble donc incontournable” justifie la HAS.

Pour cette première phase de vaccination, la HAS souhaite intégrer le personnel de ces établissements s’il présente des comorbidités ou s’il est âgé de plus de 65 ans.

Selon l’organisme, la phase 1 concernerait 2 millions de personnes à qui il faudra administrer deux injections pour que le produit soit efficace. Ces recommandations seront donc ”à actualiser et à adapter en fonction des données sur chaque vaccin, de leur disponibilité effective et des tensions éventuelles sur l’approvisionnement”, prévient la présidente de la HAS, Dominique Le Guludec.

2. Personnes à risques

Ensuite, les phases 2 et 3 seront dédiées aux 15 millions de Français les plus à risque dans l’ensemble de la population. “Les Français les plus âgés et les plus fragiles” pourront bénéficier du vaccin à ce moment, comme l’avait annoncé Emmanuel Macron lors de son allocution du mardi 24 novembre.

La deuxième phase devrait concerner l’ensemble des personnes âgées, en commençant par “les personnes ayant plus de 75 ans, puis les personnes de 65 à 74 ans ayant une comorbidité, puis les autres personnes de 65-74 ans”, ainsi que les “professionnels du secteur de la santé, du médico-social et du transport sanitaire, en priorisant les professionnels âgés de plus de 50 ans” ou présentant un facteur de risque de forme grave.

L’objectif est de réduire drastiquement le nombre de personnes en réanimation. Pour pouvoir passer à la prochaine étape de vaccination, la phase 3, la HAS propose de se baser sur la disponibilité des doses. Une règle qui prévaut pour pouvoir élargir le public concerné par les vaccins.

3. Personnels soignants et des secteurs indispensables

Pour la phase 3, “Il faudra continuer de vacciner ceux des phases précédentes qui ne l’ont pas encore été, puis nous ciblerons l’ensemble des plus de 50 ans ainsi que les moins de 50 ans avec une comorbidité”, détaille la Haute Autorité de Santé.

Cette étape concerne également le  personnel du secteur de la santé et médico-social, ainsi que les professionnels des secteurs “essentiels”, indispensables au fonctionnement du pays. Il reviendra au gouvernement de préciser quels sont ces secteurs. La HAS ne fournit aucune définition exhaustive des personnes visées par cette expression.

4. Professionnels dont l’environnement favorise l’infection et précaires

Si l’Élysée adopte ces recommandations, la population générale ne pourra recevoir l’injection qu’en phase 4 et 5. Il s’agirait, selon l’avis de la HAS, de vacciner en premier les personnes avec risque d’exposition: les personnes de moins de 50 ans sans comorbidité.

La phase 4 concerne donc  particulièrement les professionnels dont l’environnement de travail favorise l’infection: contact régulier avec le public, travail en milieu clos avec une difficulté à respecter les mesures barrières. La vaccination serait aussi élargie aux “personnes vulnérables ou précaires ayant un pronostic moins favorable en cas d’infection par la Covid-19 (résident en hôpital psychiatrique, sans domicile fixe, détenus…)”.

5. Ensemble de la population de plus de 18 ans

La Haute Autorité de Santé recommande d’ouvrir la vaccination au grand public en phase 5. Une fois les personnes les plus à risque protégées par les premières phases de ce plan de campagne, la population de plus de 18 ans pourra recevoir l’injection.

Avec cette phase, la HAS espère que les Français seront immunisés contre le Covid-19 et ne transmettront pas le coronavirus. Encore faut-il que les vaccins n’empêchent pas simplement de tomber malade, mais bloquent bien la transmission du virus. La HAS pense être en mesure de trancher cette question avant le déclenchement de la phase 5, grâce aux données accumulées pendant les phases précédentes.

Selon les prévisions de la HAS, et si le gouvernement suit cette stratégie, cette dernière étape n’arrivera pas avant l’été 2021. Pour l’instant, les mineurs ne sont pas concernés par ces propositions de campagne vaccinale contre le Covid-19. source:huffingtonpost.fr

ACTUALITÉS SIMILAIRES