Emmanuel Macron lance ce lundi à Poitiers les États généraux de la justice !

SOCIÉTÉ post authorPresse France 19 octobre 2021

Emmanuel Macron lance ce lundi à Poitiers les États généraux de la justice !

Emmanuel Macron lance ce lundi à Poitiers les États généraux de la justice !

Le président français Emmanuel Macron ouvre les États généraux de la justice ce lundi 18 octobre à Poitiers. Cette consultation, baptisée « Parlons justice ! », devrait aboutir en février sur des propositions de nature à bouleverser l’organisation judiciaire.

L’objectif de cette activité est de redonner confiance dans l’institution judiciaire. Durant cinq mois, magistrats, avocats, mais aussi personnels pénitentiaires, forces de sécurité intérieure et citoyens vont dresser un état de la situation de la justice et formuler des propositions concrètes pour la mettre « au centre du débat démocratique »

Réclamés par Chantal Arens, la première présidente de la Cour de cassation, et François Molins, le procureur général de la Cour de cassation, Ces États généraux sont organisés par le ministère de la Justice. À l’occasion d’une rencontre avec Emmanuel Macron le 4 juin, les deux magistrats ont tiré « une sonnette d’alarme » face aux « mises en cause systématiques de la justice », critiquée pour sa lenteur et son laxisme supposés.

En toile de fond à l’époque, l’arrêt en cassation de l’affaire Sarah Halimi qui avait confirmé l’irresponsabilité pénale du meurtrier de cette femme de confession juive tuée quatre ans plus tôt à Paris. Décision qui avait entraîné une vague d’indignation et des manifestations de plusieurs milliers de personnes.

Le malaise s’exacerbe ensuite lorsque le 19 mai, des dizaines de milliers de policiers manifestent, devant l’Assemblée nationale, en présence notamment du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et de nombreux élus LR et RN, mais aussi certains élus de gauche, tels qu’Anne Hidalgo ou Yannick Jadot. La phrase « le problème de la police, c’est la justice », avait été lancée par des représentants syndicaux policiers.

Par: MURHABAZI KAJABIKA JEAN

Photo: Frederic Legrand – COMEO        shutterstock

ACTUALITÉS SIMILAIRES